A propos du PNUD en Union des Comores

Le PNUD Comores, fort de son appartenance à un réseau mondial au service du développement, est un centre de référence pour l’accompagnement du pays dans ses efforts pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement, au travers du renforcement des capacités nationales.

Le PNUD en Union des Comores se positionne en tant que fournisseur de services de qualité, pour la consolidation du processus de réconciliation nationale et la reprise de la coopération internationale, par une facilitation dans la coordination et la mobilisation des ressources, dans le but d’atteindre les OMD, plus particulièrement la réduction de la pauvreté.

Son Cadre de coopération 2008-2012, avec l’Union des Comores se fonde, entre autres,  sur les documents stratégiques du Gouvernement à savoir, le DSRP, tout en tenant compte des préoccupations liées à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Les quatre domaines prioritaires :

  • Stratégie de réduction de la Pauvreté ;
  • Gouvernance démocratique ;
  • Prévention des crises et relèvement ;
  • Environnement et développement durable.

Des thèmes transversaux comme les doits humains, le genre et le VIH/ SIDA viennent appuyer les objectifs stratégiques dans le cadre de la formulation des politiques et stratégies nationales.

Que voulons nous réaliser ?

Dans le domaine de la Stratégie de réduction de la Pauvreté, le PNUD entend accompagner le Gouvernement à travers :

  1. Un Système national de planification et de gestion du développement.
  2. Mise en œuvre de la politique et de la stratégie nationales de finance inclusive ainsi que de la stratégie nationale des micro et petites entreprises.
  3. Prise en compte systématique de la variable commerce dans les stratégies et plans nationaux de développement.

En matière de Gouvernance démocratique, les actions envisagées sont :

  1. Elaboration et mise en place des outils et mécanismes de promotion de la gouvernance et du développement local.
  2. Promotion des capacités, des espaces de dialogue et de démarches collaboratives.
  3. Un nouveau cadre institutionnel permanent et apolitique, de gestion des cycles électoraux.
  4. Un cadre national de gouvernance de la sécurité des biens et des personnes, en adéquation avec les principes d’un Etat de droit.

Dans le domaine de la Prévention des crises et redressement, le BP entend appuyer le Gouvernement à travers :

  1. Des  capacités et compétences essentielles pour une bonne gestion des risques des catastrophes.
  2. Un cadre stratégique d’orientation pour la gestion intégrée des zones côtières (GIZC), incluant la Réduction des Risques climatiques et les planifications de développement urbain et rural.

S’agissant de l’Environnement et du développement durable, les résultats suivants sont prévus :

  1. Cinq nouvelles aires protégées dans les zones prioritaires de conservation de la biodiversité terrestre et marine  et représentatives du patrimoine naturel unique des Comores.
  2. Les populations locales riveraines des aires protégées terrestres et marines bénéficient des activités de substitutions et/ou génératrices de revenus compatibles avec les objectifs de conservation de la biodiversité.  
  3. Les institutions nationales en charge de la gestion des aires protégées ont acquis les connaissances et les compétences nécessaires pour cogérer activement  les aires protégées.
  4. La gouvernance du Parc Marin de Mohéli est renforcée à travers l’élaboration d’un nouvel accord cadre et des accords de cogestion pour la gestion du PMM, conçus en concertation avec les populations villageoises, compris et respectés par eux et les administrations cosignataires.
  5. Les capacités systémiques, institutionnelles et individuelles des structures clés pour l’intégration de l’information sur les changements climatiques dans la gestion des ressources en eau sont renforcées.
  6. Approvisionnement durable en eau et amélioration de la qualité de l’eau pour les communautés pilotes sélectionnées pour combattre les impacts du changement climatique.
  7. Renforcement des capacités institutionnelles pour la gestion rationnelle des produits chimiques en vue de répondre aux exigences de la Convention de Stockholm sur les POPs.
  8. Renforcement des capacités d’adaptation des institutions du secteur agricole.
  9. Production et diffusion d’informations agro météorologiques pour une prise de décisions informées dans le secteur agricole.
  10. Diffusion des technologies agro-sylvo-pastorales résilientes aux changements climatiques aux communautés les plus vulnérables.

Quels sont nos résultats ?

Dans la Stratégie de réduction de la pauvreté, l'appui du PNUD a permis :

  • l'adoption d'un cadre juridique sur la concurrence et l'élaboration d'une politique commerciale, complétée d’un Plan à Moyen Terme pour l’intégration du commerce, faisant ainsi des Comores l’un des premiers PMA à en disposer ; ce qui met le pays en pole position pour accéder a l’OMC.
  • un schéma directeur de finance inclusive, qui a fait émerger le besoin de recentrer les produits financiers inclusifs sur leur cible initiale, à savoir les plus pauvres.
  • le BP a aussi accompagné, en partenariat avec l'Union européenne, la mise en place d'une plateforme électronique de coordination de l’aide. Cette initiative devra être suivie de mesures concrètes pour assurer son appropriation par les partenaires et surtout la partie nationale.

Dans le domaine de la gouvernance, l'appui apporté par le PNUD a permis au pays de disposer de :

  • son premier fichier électoral biométrique. Ceci a fait cependant ressortir la nécessité de promouvoir des capacités spécifiques de gestion de données électorales à travers un Centre de traitement de données dédié à cet effet.
  • sa première cartographie communale jetant ainsi les bases d'un débat structuré et méthodique sur la délimitation des communes.
  • les actions menées dans le domaine de la reforme sécuritaire ont permis d’amorcer un débat d’ensemble structuré sur des thèmes majeurs de la sécurité et du respect des droits humains et de concourir à combler le vide en terme de cadre d’orientations politiques et stratégiques. Il en est de même pour l’appui ayant permis de renforcer les capacités opérationnelles des forces de sécurité, par l'aménagement des infrastructures de sécurisation des casernes ainsi que l’aménagement des infrastructures de formation des forces de sécurité.

En matière de crises et relèvement, l'appui du BP a fourni :

  • la réponse aux urgences consécutives aux inondations d’avril 2012 ayant fait ressortir l’urgence de rendre effectif le dispositif institutionnel de gestion des risques.
  • cet appui a aussi permis au pays de disposer des plans particuliers de prévention et d'exposition aux risques, ainsi que de leurs systèmes d’alerte pour les aléas naturels et climatiques (cyclone, tsunami et volcan) ; ce qui soulève la question des mécanismes de financements durables des coûts récurrents à leur opérationnalisation.

L'environnement a été un axe d'intervention privilégié du BP, avec l'appui :

  • à la préparation des instruments techniques et législatifs pour le classement de 20% du territoire en aires protégées terrestres, ainsi que la mobilisation de près de USD 16 millions auprès du FEM et de l'OMC pour le financement du système national des aires protégées terrestres et marines (USD 5 millions), et du programme national d’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques (USD 11 millions).
  • Dans le cadre de la préparation de RIO+20, l’appui du PNUD a permis au gouvernement de promouvoir la vision du pays en matière d'économie verte ainsi que la position des Comores sur les thèmes majeurs de la Conférence, notamment au sein des différents groupes d'intégration (AOSIS, Afrique, G77, et COI).
  • L'implication du PNUD dans l’approvisionnement durable en eau a permis le développement d'approches méthodologiques davantage axées sur l’adaptation de la gestion de la ressource en eau aux changements climatiques, ainsi que la réalisation des aides technico environnementales pour l'aménagement des infrastructures de collecte et de stockage de l’eau. Toutes ces avancées mettent toutefois en évidence les corrélations totales et l'impérieuse nécessité d'adopter une approche intégrée pour les questions de pauvreté, environnement, et changements climatiques.

Qui sont les preneurs de décisions ?

Le PNUD est dirigé par un Représentant Résident, assisté d’un Représentant Résident Adjoint qui sont tous des internationaux et constituent l’Equipe de Direction.

Outre le Senior Management, qui comprend également l’Economiste principal, l’Economiste national, l’Assistant au Représentant Résident et le Spécialiste des Opérations,  le bureau du PNUD Comores dispose de deux grands pôles, à savoir le Programme et les Opérations.

Ces pôles qui fonctionnent tels les maillons d’une même chaîne, permettent une meilleure mise en cohérence des activités des différentes unités du bureau pour un partenariat encore plus stratégique en faveur du pays. 

La mise en œuvre du Programme de Pays 2008-2012 se fait en étroite collaboration avec les autres agences du SNU (Système des Nations unies), les autres partenaires au développement, les institutions publiques, le secteur privé et les OSC selon les domaines de concentration, la nature des interventions et les résultats attendus.

Combien sommes-nous ?

Un personnel qui s’accroit au service du Développement en Union des Comores!

Le bureau du PNUD en Union des Comores ne cesse de renforcer son équipe, recrutant de plus en plus, un personnel qualifié, capable d’apporter les résultats escomptés. En effet, pour aider l’Union des Comores à réaliser les OMD, les fonctionnaires du PNUD s’investissent pleinement dans les missions qui sont les leurs au niveau du bureau du pays. La qualité des résultats obtenus sur le terrain, dépend en grande partie des compétences de ces hommes et de ces femmes qui, souvent, se sacrifient beaucoup pour servir les nobles idéaux de l’Organisation.

Current Staff Count for Comoros

Contract TypeSub Total
Service Contract 30
UN Volunteers 13
UNDP Staff 30
Total 73