Stratégie du système national sanitaire et phytosanitaire en Union des Comores

A propos du projet

 (photo : PNUD)

Le projet vise à contribuer à l’amélioration des revenus des producteurs agricoles. D'une maniere spécifique, il s'agit d'identifier les capacités institutionnelles sous sectorielles (protection des végétaux, sécurité sanitaire des aliments, laboratoires) et évaluer les besoins de renforcement des capacités de tous les intervenants de chacun des sous‐secteurs en question.

Objectifs spécifiques :

Le projet vise à contribuer à l’amélioration des revenus des producteurs agricoles à travers la création d'un système sanitaire et phytosanitaire capable de répondre à leurs attentes en matière de conseils techniques et capable d'assurer l'accès aux marchés régionaux et internationaux des produits agricoles et halieutiques comoriens.

Le projet vise à permettre au système SPS d'accompagner ces initiatives de développement agricole en assumant pleinement son rôle tel que stipulé dans l'Accord SPS :

  1. protéger la santé humaine, à travers une réduction de l'impact des maladies d'origine alimentaire et des zoonoses,
  2. protéger la santé animale à travers la lutte contre les maladies transfrontalières, notamment introduites par l'importation non contrôlée des animaux sur pieds et de préserver les végétaux.
  3. La protection de l'environnement contre l'introduction et la propagation des maladies et des ravageurs permet de sauvegarder le capital productif dont dispose le pays, de favoriser des gains de productivité à travers une meilleure gestion des nuisibles et des produits phytosanitaires,
  4. préserver l'écosystème vulnérable inhérent aux Etats insulaires et ainsi de conserver le patrimoine touristique du pays.

Principaux Résultats attendus

  • Les capacités institutionnelles sous-sectorielles (protection des végétaux, sécurité sanitaire des aliments, laboratoires) sont précisément connues et les besoins de renforcement identifiés et portés à la connaissance de tous les intervenants de chacun des sous-secteurs en question.
  • Des plans d'action opérationnels basés sur les résultats des diagnostics sous-sectoriels sont adoptés et les priorités sont établies au regard des programmes en cours de promotion des exportations agricoles.
  • Les conditions permettant l'adhésion à l'élaboration, à l'adoption et à la mise en oeuvre de la stratégie nationale SPS et des plans d'action qui en découlent sont favorisées.
  • Une stratégie nationale de renforcement de la mise en oeuvre des mesures SPS dans le pays est adoptée par le Gouvernement et plébiscitée par l'ensemble des partiesprenantes publiques et privées.

Principaux résultats obtenus

  • Mise en place et opérationnalisation de l'équipe du projet et du comité interministériel en communication.
  • Tenue du premier Comité de pilotage du projet.
  • Sensibilisation des parties prenantes régionales sur les objectifs du projet.
  • Elaboration d'un projet de Loi portant sur la protection des végétaux, en accord avec la réglementation internationale.
  • Elaboration de 7 textes d'application sur la certification (normes d'hygiène pour l'exportation) pour la commercialisation des produits de pêche et halieutiques.
  • Stratégie nationale pour le renforcement des capacités phytosanitaires: suite à une évaluation globale des capacités SPS (en termes institutionnels, juridiques, techniques ou de ressources humaines), des vulnérabilités et des besoins du pays, le projet a identifié une stratégie pour le renforcement des capacités SPS. Cette stratégie souligne le besoin de formation du personnel en laboratoire sur l'analyse des risques phytosanitaires.
  • Elaboration et validation d'une note de concept sur les propositions de structure institutionnelle de l'Organisation nationale pour la protection des végétaux (ONPV), en accord avec la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV).
  • Diagnostic de l'offre en analyse des laboratoires, et soumission de recommandations pour la mise en place d'un laboratoire national de référence.   

Financements du projet



Donateur Montant par année
2013
PNUD $ 0
World Trade Organization $ 159.000
2014
PNUD $ 300.000
World Trade Organization $ 0
2015
PNUD $ 300.000
World Trade Organization $ 256.000

Décaissements

Déc 2013  $ 151.000

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Comores 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe