Le Programme Micro Financement Comores amplifie son action dans l’écotourisme communautaire

Ecotourisme et environnement
M’madi Djaé, SG de l’association ndroudéenne, devant les bungalows. Crédits : PNUD

Au sein du littoral, à 300 mètres de l’ilot à la tortue, se nichent trois bungalows et une salle polyvalente en bois soigneusement construits, faisant corps avec la végétation et agrémentés d’une vue panoramique. Cet ensemble de bungalows est idéalement situé sur la côte nord de Ngazidja, dans la région de Mboinkou, à 1 km du village de Ndroudé, l'un des lieux les plus pittoresques de l'archipel des Comores.

« Avant la construction de ces bungalows en 2012, ce site n’était pas très attractif », témoigne le Secrétaire général de l’Association ndroudéenne d’échanges culturels et de protection de l’environnement (ANECPE), M’madi Djaé.

L’appui du Programme de Micro financement du Fonds pour l’Environnement Mondial (PMF/PNUD/FEM) ou SGP, a permis à la localité, d’avoir un nouveau visage et de gagner davantage en visibilités. Financé à hauteur d’un peu plus de 26.000 dollars sur un montant total de 53.000 dollars, le complexe fait en effet, partie d’un projet consistant à construire des bungalows, en vue de protéger et de valoriser le littoral de l’ilot aux tortues de Ndroudé.

A retenir

  • Trois bungalows et une salle polyvalente en bois construits.
  • Financement du complexe à hauteur d’un peu plus de 26.000 dollars sur un montant total de 53.000 dollars

"Depuis  que nous bénéficions de l’appui de ce programme appuyé par le PNUD et le fonds mondial pour l’environnement, des nouvelles opportunités ne cessent de voir le jour, avec notamment l’intervention d’une ONG suisse qui a recruté 4 éco gardes pour le suivi de tortues », se réjouit le Secrétaire Général de l’ANECPE. Et de poursuivre que grâce à cette action du SGP, le site ne cesse d’enregistrer des visites des hautes personnalités, malgré l’accès difficile de cette île aux tortues lié à l’état de la route. Mieux encore, la montée des tortues est désormais devenue régulière, depuis l’interdiction du braconnage des tortues marines et de l’extraction des sables dans cette zone.

Cette intervention s’inscrit dans le cadre de la promotion par le SGP, du tourisme vert, qui favorise la protection des zones naturelles, et veille au bien être des populations locales, en procurant des avantages économiques aux communautés d'accueil, aux organismes et aux administrations qui veillent à la préservation des zones naturelles. Aussi, en créant des emplois et des sources de revenus pour les populations locales et en favorisant une prise de conscience des habitants du village d'accueil comme chez les touristes.

Fragile et initialement menacée par de nombreuses pressions humaines, à savoir, le prélèvement excessif des coraux et du sable, cette bande de terre du bord de mer est pourtant riche d’une faune et d’une flore exceptionnelle et joue également un rôle important face à la montée des eaux liées aux cyclones et aux tsunamis. Elle est gérée par l’Association ndroudéenne d’échanges culturels et de protection de l’environnement, en combinant écotourisme et sensibilisation de la population locale.

Il convient de rappeler que tous les écosystèmes marins sont soumis à des pressions et des menaces de plus en plus fortes exercées par les activités humaines comme le développement du tourisme, la surexploitation des ressources et la pollution. Parmi les espèces menacées ou en voie de disparition, les tortues de mer sont particulièrement exposées.
 Plus elles ne sont pas protégées, plus elles sont exposées à la chasse, à la détention, et à la vente.

Pour traiter cette situation préalablement alarmante des tortues de mer aux Comores, le projet prévoit ainsi l’installation d’un éco-garde en plus de ceux déjà recrutés par l’ONG suisse, qui sera financé par les revenus générés par le complexe éco-touristique, pour protéger et lutter contre le braconnage de façon durable.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Comores 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe