Lancement de la plateforme électronique de coordination de l’aide

19 mars 2013

La plateforme électronique de coordination de l’aide est  bel et bien lancée le 19 mars 2013. Une cérémonie y afférente a  été organisée au Palais du peuple pour marquer le lancement de cet outil qui permettra au pays de mieux coordonner l’aide, qu’elle soit humanitaire ou autre, que les Comores reçoivent généralement de ses différents donateurs.

C’est en présence du Gouvernement au complet, des autorités distinctives du pays et des partenaires au développement, dont le PNUD,  que ladite plateforme est lancée. La plateforme électronique de coordination de l’aide a pour objectif de doter le Gouvernement d’un outil de coordination et de gestion de l’aide au développement pour contribuer à l’amélioration de la capacité d’absorption et de l’efficacité des financements. Cofinancée par l’Union Européenne à travers le programme du 10ème FED « Appui à la planification et à la coordination de l’aide (APLACO) » et le PNUD, à travers le Programme de renforcement des capacités en gestion de développement (PRCGD), cette plateforme vient de voir également la contribution de la Banque Islamique de Développement. Cette contribution  d’un montant de 50 Mille dollars, s’ajoutent aux contributions respectives de 300 Mille dollars et de 120 Mille dollars,  de l’Union Européenne et du PNUD.

C’est ainsi qu’au cours de la cérémonie de lancement,  le Vice-président en charge du Ministère des Finances, de l'Economie, du Budget, de l'Investissement et du Commerce Extérieur, chargé des privatisations, représentant le Président de l’Union des Comores, n’a pas cessé de remercier le PNUD et l’Union Européenne pour l’appui technique et financier qui a permis selon lui,  au pays, d’avoir des outils extrêmement précieux.

Cette plateforme consiste ainsi, à accompagner la modernisation des administrations en charge de la planification, de la gestion et du suivi évaluation du développement, à aider le pays à améliorer la gestion quantitative et qualitative des structures techniques concernées et à consolider les dispositifs de gestion du développement, dans le contexte du nouveau code institutionnel.