Atelier sur la consolidation de la paix et la cohésion sociale aux Comores

28 avr. 2015

Groupe de travail sur les causes de conflits aux Comores - PNUD

Un atelier national de réflexion stratégique pour la consolidation de la paix et la cohésion sociale s’est tenu du 16 au 18 avril, à l’initiative du Système des Nations unies en Union des Comores et du ministère de la Santé, de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Promotion du Genre. Cet atelier  s’inscrit dans le cadre du projet du PNUD pour le « Renforcement des capacités nationales en matière de consolidation de la paix ».

Objectif : identifier les causes des conflits et amorcer un plan d’action pour la paix dans l’archipel. Une centaine d’acteurs, parmi lesquels des académiques, des représentants de la société civile ou encore du secteur privé d’Anjouan, Mohéli et Grande Comore, a participé aux débats durant ces trois jours de réflexion collective.

« La consolidation de la paix et celle de la cohésion sociale s’imposent comme un des éléments essentiels à toute initiative de développement. Ce sont des piliers du développement durable. En effet, consolidation de la paix et développement ne sont pas des objectifs antagoniques, mais au contraire des impératifs se renforçant mutuellement », a déclaré Leo Isidro Heileman, Coordonnateur Résident du Système des Nations unies, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier.

Invité pour l’occasion, Bernardo Arévalo de León, conseiller en consolidation de la paix au sein de l’organisation Interpeace a ajouté qu’ « une société paisible n’est pas une société sans conflits, elle dispose des moyens de les résoudre sans violence ». Pour  doter l’Union des Comores de mécanismes pérennes de prévention et gestion des conflits, les Nations unies accompagnent le pays à travers le Programme Fonds de consolidation de la paix Plus depuis 2013.

Analyse des conflits dans l’archipel

Conflits fonciers, intercommunautaires, familiaux, politiques, sociaux, institutionnels, liés à l’environnement ou à un accès insuffisant aux services sociaux de base… ce sont quelques-uns des conflits parcourant la société comorienne, identifiés par les participants répartis pour l’occasion en groupes de travail représentant chacune des îles et la nation entière. Les causes directes ou indirectes de ces conflits ont été étudiées, de même que leurs acteurs et éléments accélérateurs.  

Quatre chantiers prioritaires

A l’issue des trois jours d’échanges, un consensus est apparu autour de quatre thématiques d’importance stratégique pour la consolidation de la paix à l’échelle nationale : administration et efficacité de l’Etat, fonctionnement du système judiciaire et intégration des droits, consolidation de l’identité nationale dans un contexte d’insularité, et traditions et modernité dans la société comorienne. Pour les participants, c’est en s’attaquant prioritairement à ces chantiers que la cohésion sociale et nationale pourra être préservée.

Des moteurs de paix

Les participants ont également identifié des moteurs de paix au sein de la société comorienne. A l’image des femmes médiatrices de paix ou de certaines organisations de la société civile, ce sont des personnes ressources, des institutions, des atouts et des capacités dont dispose déjà le pays pour avancer sur le chemin d’une paix consolidée et d’une plus grande cohésion sociale. C’est sur ces éléments que le plan d’action pour la consolidation de la paix en Union des Comores sera fondé.


Suite à ces débats, des consultations élargies devraient se tenir dans les îles, afin d’entendre les propositions des acteurs de terrain sur les thématiques jugées cruciales par les participants. Le plan d’action qui en ressortira sera présenté aux autorités politiques du pays. Le Système des Nations unies s’engage à soutenir l’Union des Comores dans ce processus de consultations et de mise en œuvre des propositions issues de ces débats.

 

Lire le discours du Coordonnateur des Nations unies, Leo Isidro Heileman, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier : http://bit.ly/1biEUqq 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Comores 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe