Développement de la géothermie aux Comores: où en sommes nous?

16 juil. 2015

Le PNUD en Union des Comores travaille aux côtés du gouvernement comorien dans sa démarche visant à tourner une grande partie de sa production énergétique vers la géothermie. Le programme de développement de la géothermie aux Comores a été lancé en novembre 2014. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Le volcan Khartala, une source d’énergie déterminante

Culminant à 2 361 mètre d’altitude sur l’île de Ngazidja, le volcan Karthala, très actif (la dernière éruption remonte à mai 2006), constitue une source d’énergie déterminante pour les Comores, qui pourrait se révéler utile pour combattre la pénurie énergétique quasi-chronique dont souffre le pays.

Le programme de développement de la géothermie en Union des Comores a 3 objectifs principaux :

-        l’accroissement de la part des énergies propres (aujourd’hui quasiment nulle) dans une perspective de transition énergétique ;

-        la valorisation de ressources endogènes, et notamment celles du volcan Karthala ; et

-        la réduction de la dépendance aux énergies fossiles afin d’assurer une sécurité (et la maîtrise de la dépendance) énergétique.

4 partenaires techniques et financiers impliqués :

-          Gouvernement de l’Union des Comores ;

-          PNUD en Union des Comores ;

-          Gouvernement de Nouvelle-Zélande ; et

-          Union Africaine, à travers son Fonds pour l’atténuation des risques géothermiques (GRMF).

Coût global estimé du projet : 81,3 millions de $, pour lesquels le gouvernement comorien met actuellement à l’œuvre une stratégie de mobilisation des ressources techniques et financières.

Phase exploratoire, bientôt les résultats

Les études d’exploration de surface ont été lancées en novembre 2014. A travers des méthodes géophysiques, géologiques et géochimiques, cette phase vise à identifier et caractériser le réservoir géothermique du Karthala.

Ces explorations sont menées conjointement par des experts néo-zélandais et comoriens du Bureau géologique des Comores (BGC).

Cette première phase exploratoire a un coût estimé à 1 444 680 $, assumé comme suit par les premiers Partenaires de l’initiative de développement de la géothermie en Union des Comores :

-          Union africaine (GRMF) : 844 680 $ ;

-          Gouvernement de Nouvelle-Zélande : 380 000 $ ; et

-          PNUD en Union des Comores : 220 000 $.

Les résultats de ces études de surface sont attendus pour le second semestre 2015 et permettront d’identifier les futurs points de réalisation des forages exploratoires.