Les femmes de Mromaji et Ongoni ont reçu leurs alambics innovants

16 déc. 2015

Les alambics innovants de Mromaji et Ongoni ont été inaugurés le mardi 15 décembre lors d’une cérémonie en présence des autorités de l’île autonome de Ndzuwani et de la Représente Résidente ai du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). 

La cérémonie, organisée en 3 parties à Bambao Mtsanga, Mromaji et Ongoni, a été l’occasion de montrer le travail effectué dans le cadre de l’initiative «  Engagement des femmes dans la filière Ylang à Ndzuwani ». 

Les deux alambics inaugurés vont permettre aux deux groupes de 55 femmes de disposer des dernières technologies adaptées et résilientes aux changements climatiques pour produire une huile essentielle de qualité, qui fait la spécificité des Comores, en permettant une meilleure gestion des ressources forestières et en eau.

En effet, les deux alambics sont équipés de foyers améliorés, qui permettent d’utiliser seulement un tiers des ressources en bois nécessaires dans une distillation classique (500 kg au lieu de 1500 kg).

De plus, l’alambic de Ongoni a été spécialement conçu pour économiser la ressource en eau, rare au niveau du village et à l’origine de conflits entre utilisateurs. En effet, un processus de distillation complet dure plus de 12h et nécessite en moyenne 100 litres d’eau pour la cuisson et 300 à 500 litres d’eau par heure pour le refroidissement. Le nouveau système de distillation dispose de deux réservoirs de récupération d’eau et de refroidissement ainsi que d’une pompe solaire pour en faire un système autonome et intégré.

En plus de cet appui matériel, des formations techniques pour l’utilisation des alambics, la gestion associative et le montage de projet, ou encore la demande de prêts bancaires ont été dispensées et offrent des opportunités de développement professionnel et personnel à ces femmes en majorité analphabètes.

Ainsi, 37 femmes ont reçu des attestations professionnelles constituant pour la plupart d’entre elles la première fois de leur vie où elles reçoivent un diplôme, après plus de deux mois de formation intensive.

Les petits équipements reçus visent à faciliter les conditions de travail de chacune de ces femmes, qui doivent marcher sur de très longues distances avec de lourds poids et travaillant sur des terrains souvent très accidentés.  

Ces femmes ont manifesté leur joie à travers des danses et des chants, et leur présence massive à la cérémonie. Madame Assiati Said, responsable des distillatrices de Mromaji, a eu l’occasion d’expliquer à la tribune tous les avantages que le projet leur a apporté en si peu de temps. Elle a souligné que, comme la majorité des femmes de son association, elle était seule, en charge de sa famille et sans éducation. Elle s’est lancée dans la production d’ylang ylang lorsque, abandonnée par son mari, elle a dû pourvoir aux besoins des siens. Mais en tant que distillatrice, elle et son groupe faisaient face à de nombreuses difficultés et discriminations lorsqu’elles devaient louer les alambics et se retrouvaient souvent avec des récoltes de fleurs perdues.

Aujourd’hui, les alambics et les formations vont vraiment transformer leur travail et leur offrir des opportunités d’émancipation et de professionnalisation qui les réjouissent.