Développement humain en Afrique : lancement national de l’AfHDR avec le Président des Comores

19 déc. 2016

Le Président Azali Assoumani lors de son allocution de lancement du AfHDR

 

Moroni (Comores), 19 décembre 2016 – Les Comores ont procédé au lancement, au niveau national, du Rapport sur le développement humain en Afrique 2016 : Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique, publié par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). La cérémonie a eu lieu au Palais du Peuple de Hamramba sous le haut patronage du Président de l’Union des Comores, Azali Assoumani.

« L’égalité des genres est un objectif essentiel dans l’Agenda 2063 de l’Afrique. C’est aussi un grand levier pour le développement économique et la réalisation des Objectifs de Développement Durable dans le continent  » a déclaré le Représentant Résident du PNUD, Matthias Naab.

Ce rapport du PNUD analyse les facteurs politiques, économiques et sociaux qui entravent la promotion de la femme en Afrique et propose des politiques et des mesures concrètes pour combler l’écart entre les genres. Il s’agit notamment de corriger la contradiction entre la législation et la pratique afin de passer d’une égalité des genres juridique à une égalité de fait, de rompre avec les normes sociales préjudiciables aux femmes et de transformer les cadres institutionnels discriminatoires, en vue de garantir la participation économique, sociale et politique des femmes.

« Contrairement à beaucoup de femmes dans le monde, la comorienne accède à la propriété, notamment celle de la résidence familiale et possède, la garde du foyer conjugal en cas de divorce. Elle assure l’éducation des enfants. Elle est à la fois source de l’honneur social et gardienne de l’honneur familiale. La femme comorienne mérite tout le respect dont elle est l’objet », a remarqué le Président Azali Assoumani.

Les Comores présentent de meilleurs résultats en matière de santé et d’éducation, ce qui augmente leur niveau de développement humain. Bien que des avancées considérables aient été réalisées sur de nombreux fronts dans la plupart des pays l’égalité des genres est encore loin d’être satisfaisante. Des obstacles structurels profondément enracinés tels que la répartition inégale des ressources, du pouvoir et des richesses, associés à des institutions et des normes sociales qui perpétuent les inégalités, freinent les Africaines, et le reste du continent avec elles. Les inégalités de revenus dans le pays sont les principales responsables des écarts en matière de développement humain, tout comme les indicateurs d’autonomisation économique, politique et sociale des femmes qui sont bas.

 

« Participation effective »

« Notre combat doit alors s’inscrire contre ces stéréotypes pour la réduction des inégalités de genre et pour la reconnaissance effective des droits des femmes. Nous avons tous un grand rôle à jouer, autorités, partenaires et société civile pour imprimer à cette lutte contre les discriminations faites aux femmes, une ambition ciblée forte d’action préventive et curative dans nos sociétés », a soutenu le Chef de l’Etat comorien.

« Nous allons capitaliser les conclusions et recommandations pertinentes de ce rapport pour renforcer notre appui afin d’accélérer la réalisation de l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes. Nous comptons notamment aider le gouvernement à créer les alliances et les partenariats requis pour mettre en place un vaste programme commun visant la promotion de l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes », s’est engagé le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies.

Le rapport indique clairement que les pays qui investissent en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes obtiennent de meilleurs résultats sur le plan du développement humain. Pour garantir la croissance inclusive de l’Afrique, il est essentiel que la moitié de la population du continent − les femmes et les filles − puisse être des moteurs de transformation.

 « Je réaffirme ici et solennellement, mon engagement personnel et celui de mon gouvernement à créer un environnement favorable à l’intégration économique de la femme et à contribuer à l’instauration des mécanismes institutionnels et financiers permettant d’asseoir durablement les bases de sa participation effective à la vie politique, sociale et économique, y compris l’ accès au crédit ou prêts agricoles ainsi qu’aux services de commercialisation », s’est engagé le Président de l’Union des Comores.

Le lancement au niveau national du Rapport sur le développement humain en Afrique 2016 a été co-organisé par le bureau du PNUD, le Commissariat Général au Plan, le Commissariat National à la Solidarité, à la Protection Sociale et à la Promotion du Genre, et à la Présidence de l’Union.

Suivez la vidéo diffusée lors du lancement aux Comores

La cérémonie de lancement en images