Le Président Azali Assoumani inaugure l'AEP de Mbatse-Hoani

28 déc. 2016

Le Gouvernement de l'Union des Comores a organisé, ce mercredi, à l'inauguration des infrastructures d'adduction en eau potable au profit des communautés de Mbatse-Hoani, deux localités de la Commune de Moimbassa à Mwali. Le Président Azali Assoumani a procédé à l'officialisation de cette AEP en présence des membres de son Exécutif et de son cabinet, des Gouverneurs de Mwali, Ndzuani et Ngazidja, du Représentant Résident du PNUD, du SG de la COI, en plus de plus hautes autorités du pays.

Cet évènement s’inscrit dans le cadre du Projet d’Adaptation de la gestion des ressources en eau aux changements climatiques en Union des Comores (ACCE), financé à hauteur de 5 millions de dollars sur financement du Fonds d’adaptation pour les Pays les Moins Avancés (FPMA) au niveau du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM/GEF), du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et du PNUD. En plus de la contribution nationale, le Projet a aussi bénéficié d’un soutien du Fonds Flamand.

Dans son discours, le Chef de l'Etat est revenu sur l'importance d'un tel évènement et de l'eau, en tant que "source de la vie", pour la population. "Les Comoriens doivent savoir gérer et préserver la ressource en eau. C'est vital pour les générations à venir". Le Président Azali Assoumani n'a pas manqué d'éloges envers le PNUD et les autorités sortantes, qui ont "fourni des efforts remarquables dans la réalisation des ces infrastructures". "Je ne veux plus de conflits liés à la gestion de l'eau. Chacun, en ce qui lui concerne, doit prendre ses responsabilités", a-t-il prévenu.

 

Pour le Représentant Résident du PNUD, "il est donc primordial que nos actions d’aujourd’hui soient dans une dynamique d’adaptation et d’atténuation des impacts des changements climatiques, pour que les générations futures puissent hériter de ressources saines et durables". "Avec les réalisations effectuées, j’espère l’engagement de toutes les parties prenantes à asseoir des règles de gestion concertées et de préservation de la ressource et de maintenance des infrastructures", a insisté Matthias Naab.

En effet, le Projet ACCE a mené des actions combinées de construction et de réhabilitation des infrastructures de stockage et d’approvisionnement en eau potable, de gestion intégrée de la ressource en eau, de reboisement et de restauration des sols pour favoriser la reconstitution du couvert forestier et donc l’infiltration de l’eau pour la recharge des nappes phréatiques. 

L'approche promeut la durabilité des interventions, en prenant en compte aussi bien les besoins actuels de la population que ceux des générations futures jusqu’en 2033. L’intervention dans la zone de Mbatse-Hoani, identifiée comme l’une des zones les plus vulnérables, s’est fixé comme objectif de faciliter l’accès à une eau de qualité aux deux communautés, soit 5.433 habitants, en faisant passer la disponibilité en eau potable de 20 litres par jour par habitant à 70 litres par jour.

Le PNUD s'est déjà engagé à appuyer les Comores dans la recherche des moyens et la mobilisation des ressources nécessaires pour le financement et le développement des secteurs vitaux comme l’eau, l’agriculture et l’énergie.