Lancement de l'Office de la vanille : "Nous pouvons pérenniser la filière et relever notre production"

17 juin 2017

Siège de l'ONV à Moroni-Coulée

 

Le Président Azali Assoumani a procédé, samedi 17 juin 2017 à Moroni, à l'inauguration de l'Office National de la Vanille (ONV). Devant un parterre d’autorités, de diplomates, d’acteurs du secteur agricole, le Chef de l’Etat comorien a expliqué l’importance de cette initiative chère à son Gouvernement.

« Nos agriculteurs en général et les acteurs de la filière vanille sont les véritables artisans du développement de l'Union des Comores et ce n'est pas nouveau. Leur ardeur au travail a fait ce pays depuis les années 1930 et leur préséance a fait ce que nous sommes. Nous leurs en sommes reconnaissants ». Et de rendre « un hommage à nos parents, ces hommes et à ces femmes qui cultivent, cueillent, préparent et exportent la vanille ».

Créé le 10 septembre 2016, l'ONV débute sa phase d'opérationnalisation avec l'appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Pour le Coordonnateur Résident a.i, « le SNU s’est positionné pour accompagner l’opérationnalisation de l’Office National de la Vanille. Dès les premières semaines, nos collègues ont travaillé avec la nouvelle équipe mise en place durant toutes les phases qui ont abouti à cette étape que nous franchisons aujourd’hui ensemble ». « Notre appui comprend entre autres un siège vert fonctionnant avec une énergie propre, des équipements informatiques, du mobilier de bureau, la mise à disposition d’expertise, notamment la prise en charge d’un conseiller auprès de l’Office, et des frais relatifs à divers formations », a ajouté Dr Soares Da Silva Rosa Maria.

Le Projet « Amélioration de la compétitivité des exportations des filières vanille, ylang-ylang, girofle », financé par le Cadre Intégré Renforcé avec l’appui du PNUD et du Centre de Commerce International, a apporté jusqu’à lors l’essentiel de ce soutien. De plus, le Projet « Renforcement des capacités d’adaptation et de résilience du secteur agricole aux changements climatiques », sur financement du PNUD et du GEF, offre également son soutien par la mise en place de champs semenciers de vanille, qui fourniront quelque 10.000 lianes dès octobre 2017.

 

« Promouvoir le monde rural »

La cérémonie du 17 juin a aussi été l’occasion de procéder au lancement officiel de la campagne 2017 de la vanille. Le prix du kilogramme a été fixé, avec un plancher à 20.000 francs comoriens. Une des priorités du Gouvernement est, en effet, la consolidation et la promotion de vanille, base de la richesse nationale, qui représente plus de 80% des exportations et occupe plus de 45% de la population active. Au fil des décennies, les Comores ont d'ailleurs atteint le deuxième rang mondial dans la production de vanille de la variété bourbon, un produit naturel de qualité apprécié partout sur les continents.

Après son investiture en mai 2016, le Président Azali Assoumani a instauré le 10 septembre comme la Journée Nationale de la Vanille et mis en place le cadre règlementaire et institutionnel nécessaire pour accroitre la compétitivité de ce produit dans la région et dans le monde. « Par ces décisions, j'ai voulu valoriser le métier d'agriculteur, promouvoir notre monde rural, relancer nos cultures de rente en général et, plus spécifiquement sauver un produit phare de notre économie, la vanille », a-t-il soutenu.

L’Office aura mettre en œuvre, sur le territoire national, de tout programme visant la promotion économique de la filière vanille, notamment à travers la production, la transformation et la commercialisation du produit, la promotion technique et sociale des producteurs agricoles, par des appuis à la formation, la vulgarisation technique, l'encadrement, la fourniture des services de base d'appui à l'amélioration des conditions de travail des producteurs et de l'ensemble des préparateurs de la filière, des opérateurs et des auxiliaires de la filière.

Dans cet élan, le Projet « Amélioration de la compétitivité des exportations des filières de rentes » vise à améliorer la compétitivité à l’exportation de la vanille, l’ylang-ylang et le girofle en développant les connaissances opérationnelles et le savoir-faire des acteurs de ces secteurs. Pour cela, l’équipe favorise la création de structures telles que les coopératives de producteurs pour aider à organiser les filières et promeut le développement de produits de qualité, qui répondent aux exigences des marchés internationaux.

« Nous pouvons pérenniser la filière non seulement en augmentant notre production de vanille mais aussi en préservant et en défendant jalousement la qualité qui la distingue à travers le monde », a indiqué le Président comorien. « Je veux alors faire appel à nos agriculteurs et faire ensemble avec eux, le pari de relever notre production d'ici 5 ans. Nous en sommes capables ».