Communiqué de presse sur l’Examen Périodique Universel (EPU)

6 juin 2013

Ouverture officielle, par le Coordonnateur Résident du SNU Comores et la Déléguée chargée des Droits de l’Homme

SNU- Comores, le 06 juin 2013 - L’Union des Comores fera son deuxième passage à l’Examen Périodique Universel (EPU) lors de la 18ème session de l’EPU en janvier et février 2014. Dans le cadre des préparatifs en vue de ce rendez-vous important pour le pays, un atelier de trois jours a été organisé à l’attention de l’ensemble des acteurs concernés par l’EPU, en l’occurrence des représentants du gouvernement, les membres de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) et des représentants des organisations de la société civile.

La tenue de cet atelier dont l’objectif visé était de renforcer les capacités des représentants des acteurs ciblés, de les assister dans l’élaboration du rapport national et dans les contributions des parties prenantes à soumettre à l’EPU, a été coordonnée par le Ministère de la Justice, en charge des Droits de l’Homme, en collaboration avec la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL).

L’activité a également  bénéficié de l’appui de la Coordination du Système des Nations Unies en Union des Comores, qui en a assuré la logistique et le financement de l’organisation matérielle et technique, ainsi que du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) et de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), dont l’appui a consisté en la mise à disposition d’une expertise.

Après le lancement de cet atelier ouvert par le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies en Union des Comores et la Déléguée chargée des droits de l’homme, représentant le Ministre de la Justice en charge des Droits de l’Homme, les trois jours des travaux se sont déroulés sous l’encadrement technique des experts du HCDH et de l’OIF, ainsi que de la Coordination du Système des Nations Unies.

A titre de rappel, le premier jour a été consacré à l’analyse du cadre général de l’EPU et des directives à suivre au cours des différentes phases de l’EPU, notamment les conditions et les exigences dans la préparation et la soumission du rapport national et des contributions des parties prenantes à l’EPU, le déroulement de l’examen et la mise en œuvre des recommandations.

Compte tenu de l’importance de la maîtrise et du respect des normes dans l’élaboration et la qualité du rapport national et des contributions, les participants ont reçu les informations et les directives nécessaires, y compris en ce qui a trait à la mise en œuvre des recommandations en tant que point d’achèvement du processus.

Les deux jours suivants ont essentiellement porté sur les travaux pratiques conduits dans deux groupes distincts dont l’un est composé des représentants du gouvernement, avec la participation des représentants de la CNDHL et de la société civile, et l’autre composé des membres de la CNDHL et de la société civile. Chacun des groupes s’est employé à analyser l’état de la mise en œuvre des recommandations issues du premier cycle de l’EPU en 2009, à identifier les faits nouveaux survenus depuis lors et à établir la situation actuelle des droits de l’homme dans les divers secteurs de la vie comorienne. Cette démarche était un préalable à l’élaboration du rapport national et à la formulation par les parties prenantes, des recommandations ciblées et pertinentes.

A l’issue des trois jours d’intenses travaux, la CNDHL et la société civile ont établi les fondamentaux de leurs contributions respectives, notamment la définition des domaines d’intérêt à aborder dans les contributions, les recommandations à formuler et la définition d’un chronogramme des actions à mener jusqu’à la transmission effective des contributions au secrétariat de l’EPU à Genève, avant la date limite fixée au 24 juin 2013.

Les travaux pour l’élaboration du rapport national dû en octobre 2013, qui exige davantage de consultations, se poursuivront durant la semaine en cours.

La Coordination du Système Nations Unies se félicite de la tenue et de la réussite de cet atelier qui permet à l’Union des Comores de répondre à ses obligations internationales en matière des droits de l’homme. Elle réaffirme sa disponibilité à poursuivre cet appui dans la suite du processus de l’EPU et la mise en œuvre des recommandations ainsi que dans tout autre domaine visant à créer les conditions de la pleine jouissance des droits de l’homme aux Comores.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Comores 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe