Réponse aux crises humanitaires dans le Sud-Ouest de l’Océan indien : lancement d’une coopération régionale

22 juin 2015

La première réunion de consultation et planification du projet « Mise en place de l’équipe régionale pour le Partenariat humanitaire (ERPH) du Sud-Ouest de l’Océan indien » se tient du 22 au 25 juin 2015 à Antananarivo. Objectif : poser les bases d’une coopération régionale pour améliorer la réponse aux catastrophes et crises humanitaires dans la sous-région.

Inondations soudaines et destructrices en avril 2012 aux Comores, en janvier 2013 aux Seychelles, en mars 2013 à Maurice, sécheresse, invasion acridienne, risques chimiques, cyclones et inondations recensés quasiment tous les ans à Madagascar… Les catastrophes naturelles dans les îles de l’Océan indien provoquent des dégâts humains et matériels étendus, et constituent un frein aux efforts de développement des pays. Le Groupe intergouvernemental d’expert sur l’évolution du climat (GIEC) prévoit d’ailleurs une hausse significative de l’intensité et de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes dans les prochaines années.

Face à ce constat et en appui aux acteurs nationaux, les partenaires, regroupant les Coordonnateurs résidents du système des  Nations Unies aux Comores, à Madagascar, à Maurice et aux Seychelles, travailleront en étroite collaboration avec tous les partenaires régionaux intervenant dans la réponse humanitaires pour contribuer au renforcement des capacités en matière de préparation et de réponse aux situations d’urgence. Cela passe par la prévention et la mise en place d’une équipe « Partenariat humanitaire régional » efficace, en soutien aux gouvernements des pays concernés, premiers responsables de l’organisation de la réponse humanitaire en cas de situation d’urgence.

« Le rôle de cette équipe sera de veiller à ce qu’une réponse internationale et coordonnée au niveau régional soit à tout moment prête pour appuyer les gouvernements des pays touchés par une catastrophe, et d’appuyer la coordination entre les gouvernements et les réseaux nationaux de gestion de l’humanitaire », a déclaré M. Leo Isidro Heileman, coordonnateur résident du Système des Nations Unies en Union des Comores.

Le projet est en phase avec les priorités nationales et les engagements internationaux des Cadres d’Hyogo et de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes. Financé par le service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne, il tient compte des enseignements et des succès enregistrés par le partenariat humanitaire déjà en place dans les îles du Pacifique.

Contact information

communication.km@one.un.org