Allocution de M. Joseph PIHI, Représentant Résident a.i. lors de l’atelier de formation sur la mise en place d’une base de données liées aux pertes de catastrophes aux Comores.

11 juin 2013

Excellence, Monsieur le Vice-Présidence en charge du Ministère de la Production, de l’Environnement, de l’Energie, de l’Industrie et de l’Artisanat,

Monsieur le Directeur Général de la Sécurité Civile,

Chers collegues du SNU,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

C'est pour moi un grand honneur et un plaisir de prendre la parole devant vous à l’occasion de l'ouverture de l'atelier de formation sur la mise  en place d'une base de données liée aux pertes de catastrophes en Union des Comores. Appelé communément « DesInventar », cette base de données est un formidable outil pour les acteurs de la prévention et de la gestion des catastrophes naturelles.

Qu’il me soit permis de saluer ici l’engagement et l’implication de la Vice-Présidence en charge du Ministère de la Production, de l’Environnement, de l’Energie, de l’Industrie et de l’Artisanat, dont l’engagement et l’implication dans la mise en œuvre du Projet régional ISLAND, a permis la tenue de cet atelier.

Je voudrais saluer également ici l’implication effective de mes collègues de l’UNISDR (Genève) qui ont bien voulu apporter leur expertise et leur savoir-faire pour dispenser cette formation dont les bénéficiaires sont les responsables de la prévention et de la gestion des catastrophes de ce pays, à leur tête, les techniciens et cadres de la Direction Générale de la Sécurité Civile.

En effet, s’il est vrai que les catastrophes, quelles que soient leurs natures, ne peuvent être entièrement évitées, il n’en demeure pas moins que la mise  en place de mécanismes et d’outils de gestion, notamment une base de données spécialisées dans la gestion des pertes liées aux catastrophes, permettront  de renforcer le niveau de préparation  et d’intervention du pays et d’atténuer ainsi, les dégâts causés par ces catastrophes auprès des populations.

Pour  renforcer les capacités nationales en matière de préparation et de réponse aux urgences,  le PNUD  avait mis  en 2010,  à la disposition de la Direction Générale de la Sécurité Civile pendant une  année,  un Analyste en Système d’Information Géographique (SIG)  qui a permis de créer l’actuel Centre d’Analyse et de Traitement de l’information au sein de cette institution,  un espace  qui a pour mission de collecter, de traiter et d’analyser toutes les données liées aux catastrophes naturelles.

Mesdames et Messieurs,

Cette formation arrive à point nommé, en ce sens que dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet conduit actuellement par la DGSC sous financement de la Banque mondiale et du PNUD, des experts internationaux en gestion de l’information et en évaluation des risques naturels sont en cours de recrutement  pour appuyer la DGSC  à mettre en place une base de données  sur les aléas et risques auxquels le pays est confronté et un plan d’action sur la gestion de l’information au niveau  de la DGSC  et des Direction Régionales  des îles.

J’aime à croire que les résultats attendus de cet atelier développeront des synergies positives entre la dynamique amorcée par les activités dudit projet, pour plus d’efficacité et d’efficience dans la prévention et la gestion des catastrophes naturelles en Union des Comores.

Je ne saurais terminer mon propos sans renouveler l’engagement du Système des Nations Unies, plus particulièrement, du PNUD, à continuer à appuyer le Gouvernement, ainsi que  le peuple comorien, dans leurs efforts pour la cohésion nationale, la consolidation de la paix et le développement socio-économique de ce beau pays.

Vive la coopération internationale !

Vive la coopération entre l’Union des Comores et le Système des Nations Unies !

Merci de votre aimable attention !

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Comores 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe