Allocution de M. Leo Isidro Heileman, Cordonnateur Résident du Système des Nations Unies, à l'occasion de la cérémonie d'ouverture de l'Atelier national de réflexion stratégique sur la consolidation de la paix et la cohésion sociale

21 avr. 2015

Excellence, Monsieur Le Président de l’Union des Comores,

Excellences Messieurs les Vice-Présidents,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres,

Messieurs les Gouverneurs des îles Autonomes,

Mesdames et Messieurs les élus,

Son Eminence, le Grand Moufti,

Mesdames et Messieurs les représentants de la Société civile,

Chers collègues du corps diplomatique et du Système des Nations Unies

ESSALEM ALEIKUM

Lorsque je suis arrivé dans votre beau pays à la fin du mois de février, avant de poser mes valises, pour ainsi dire, j’ai eu la formidable opportunité de me rendre sur les îles d’Anjouan et de Mohéli, pour le lancement du projet de promotion des filières Ylang-Ylang, Vanille et Girofle, et pour celui du projet de développement d’un réseau national d’aires protégées.

C’est dire donc, que ce matin, sous votre haut patronage et en votre présence, cette cérémonie d’ouverture de l’atelier National de réflexion stratégique pour la consolidation de la paix et la cohésion sociale constitue la preuve de votre bonne compréhension de la complémentarité nécessaire entre le développement et la paix.

Pour cette raison, vous me permettrez, Excellence Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les participants de vous dire, au nom du Système des Nations Unies, que vous constituez les éléments dynamiques pour le lancement de cette réflexion stratégique pour la prévention, la gestion des conflits, la cohésion sociale et la consolidation de la paix en Union des Comores.

Je tiens à souligner devant vous, Excellence M. le Président, que la consolidation de la paix et celle de la cohésion sociale s’imposent comme un des éléments essentiels à prendre en compte dans toutes les initiatives de développement, tant sur le plan national que local.

Vous êtes appelés pendant cet atelier à ériger un des piliers du développement durable.

En effet, la cohésion sociale, la consolidation de la paix et le développement ne sont pas des objectifs antagoniques, mais au contraire des impératifs se renforçant mutuellement. Je sais que le Gouvernement de l’Union des Comores et les exécutifs des îles autonomes ainsi que vous, hauts cadres de l’administration, représentants de la société civile, parlementaires, représentants du secteur privé, chercheurs, tous ici présents, vous êtes prêts à relever ce défi.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

La situation actuelle des Comores par rapport à ces deux problématiques de cohésion sociale et consolidation de la paix, vous les connaissez mieux que quiconque. Et notre rôle ici en tant que Nations Unies, est de vous écouter, de faciliter les réflexions collectives par des apports méthodologiques ainsi que d’accompagner l’Union des Comores au-delà de ces assises.

Vous conviendrez avec moi que, les thématiques de cohésion sociale et de consolidation de la paix aux Comores, ne se sont pas suffisamment imposées dans les débats politiques, sociaux, économiques et écologiques.

Or le travail initié par les Nations Unies depuis 2008 sur la problématique de la cohésion sociale et les échanges maintenus avec l’Université des Comores et le Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique (CNDRS), ont laissé apparaitre que la cohésion sociale constitue un des piliers essentiels pour garantir l’espoir pour chaque comorien et renforcer le sentiment d’appartenir à une seule et unique communauté de destin, en somme, à une même Nation.

Le choix porté à ces deux institutions, se justifie par le rôle pionnier qu’elles peuvent jouer en tant que vecteurs essentiels d’accès à la culture et à la formation de l’esprit critique, et en tant qu’espace de dialogues méthodiques et de débat non partisans.

Ces institutions offrent également le cadre idoine pour tester la faisabilité de certaines approches novatrices qui émergeront des réflexions collectives durant cet atelier et au-delà.

Excellence Monsieur le Président, Mesdames et messieurs,

Les Comores émergent progressivement de plusieurs années de crises politico-institutionnelles. Malgré les efforts investis en vue de jeter les bases d’un processus de réunification du pays, et de réconciliation politique, la situation demeure fragile et exige l’attention de tous.

Vous conviendrez avec moi que la nécessité et l’urgence de doter les Comores de mécanismes pérennes, de prévention et de gestion des conflits ne sont pas à démontrer. C’est un véritable défi pour ce pays. Et c’est pour répondre à ce défi que les Nations Unies accompagnent le pays, notamment à travers la mise en œuvre du Programme Fonds de Consolidation de la paix. C’est grâce à ce Programme que nous sommes parvenus aujourd’hui à nous réunir ici autour de cette réflexion.

Excellence Monsieur le Président,

Votre présence parmi nous ce matin, témoigne de l’intérêt particulier que vous portez à la paix et à la stabilité de votre beau pays et nous assure, de surcroit, l’appropriation effective de cette dynamique vertueuse par votre gouvernement.

Aujourd’hui, marque la continuation d’un mouvement que nous voulons d’une ampleur profonde, celui de la consolidation de la paix et de la cohésion sociale, pour lequel vous pourrez à nouveau compter sur le soutien du Système des Nations Unies.

Nous avons, me semble-t-il, une responsabilité partagée à faire en sorte que cet atelier national soit un succès. Celui-ci représente une opportunité, pour l’Union des Comores, de disposer dans les meilleurs délais, d’un cadre politique de référence pour la consolidation de la paix, assorti d’un plan d’action.

Excellence Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Ainsi, je formule le vœu que ce processus de réflexion sur la consolidation de la paix et la cohésion sociale, demeure celui de l’Union des Comores, de ses institutions, de ses dirigeants, de la société civile et la classe politique comorienne.

NEYENCHI KOMORI, HARIMUA OUSSALAMA NA MOUYICHILIYANO (Vive les Comores dans la paix et la cohésion) MARAHABA MENDJI

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Comores 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe