Discours de M. Leo Heileman à l'occasion de la première réunion de l'Equipe Régionale de Partenariat Humanitaire (EPHR) pour les Etats du Sud-Ouest de l'Océan Indien

22 juin 2015

Monsieur  l’Ambassadeur des Comores auprès de la COI,

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux en charge de la Sécurité Civile des Comores, Madagascar et Seychelles,

Mesdames et Messieurs Les Représentants des différentes Organisations régionales et internationales,

Mesdames et Messieurs Les Directeurs Généraux et Directeurs auprès des différents ministères,

Mesdames et Messieurs Les Représentants des Organisations Non Gouvernementales,

Mesdames et Messieurs Les Représentants des Clusters Humanitaires,

Chers collègues du Système des Nations Unies,

Honorables invité(e)s,

J’ai l’honneur et le plaisir de prendre la parole au nom du Coordonnateur Résident du Système des Nations en Union des Comores à l’occasion du lancement de cette initiative de mise en place d’une équipe de partenariat humanitaire dans la région du Sud –Ouest de l’Océan Indien.

Permettez-moi, tout d’abord, d’exprimer, ma profonde gratitude à l’endroit du Gouvernement Malgache pour son entière disponibilité à abriter les travaux de lancement de cette initiative. Je voudrais également remercier mes collègues du Système des Nations Unies de Madagascar, Maurice et des Seychelles  ainsi que des gouvernements respectifs pour l’engagement et l’enthousiasme démontrés à l’égard de cette initiative. Votre disponibilité à participer à cet atelier témoigne de votre engagement à promouvoir la coopération régionale dans la réponse aux situations d’urgence.

Compte tenu de leurs caractéristiques géographiques, physiques et topographiques ainsi que de leur proximité du niveau de la mer, les Petits Etats  insulaires sont vulnérables à des aléas naturels comme les marées, les tempêtes, les inondations, la sécheresse, les tsunamis et les cyclones. En outre, l’élévation du niveau de la mer devient un objet de préoccupation croissante. Par ailleurs, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat prévoit une augmentation significative de l'intensité et de la fréquence des événements météorologiques extrêmes ; événements qui, sur de nombreuses îles, occasionnent des inondations, des dégâts considérables aux infrastructures, des pertes pour l'agriculture côtière. Les aléas naturels récurrents auront, eux aussi, des impacts coûteux sur la société : pénuries de nourriture et d'eau, pertes en vies humaines

Ainsi, cette initiative conjointe de quatre pays de la Commission de l’Océan Indien (Comores, Madagascar, Maurice et Seychelles) et du Système des Nations Unies, permettra à la région de disposer d’un mécanisme de coordination destiné à compléter les structures régionales et nationales de coordination humanitaire. Il s’agit ici d’un réseau multinational de développement et de renforcement des capacités des équipes humanitaires nationales, de manière à ce qu’elles puissent intervenir ensemble comme un seul système. Ce mécanisme permet aussi aux acteurs humanitaires de partager leurs expériences et leur expertise dans la région.

A cet effet, le rôle de ladite Équipe humanitaire est d’accompagner les efforts de coordination menés par les États lors de la préparation et la réponse aux catastrophes et de veiller à ce que la communauté des intervenants du secteur humanitaire soit plus structurée, plus représentative, plus responsable, redevable et enfin plus professionnelle afin de pouvoir mieux collaborer avec les gouvernements hôtes, les autorités locales et la société civile.

Je ne saurais conclure cette intervention sans réitérer la réjouissance du Système des Nations Unies à l’égard de cette initiative dotée des meilleurs atouts pour se traduire dans le déclenchement d’un processus de sensibilisation et de coopération. Je suis confiante que la tenue de cet atelier de lancement, ne sera pas seulement l’occasion pour discuter entre acteurs humanitaires, mais constituera le point de départ pour la prise de conscience collective des problématiques existantes et la concertation sur les actions à prendre pour renforcer la coordination des actions humanitaires  dans les îles de l’Océan Indien.

Vive la coopération régionale,

Je vous remercie de votre aimable  attention.

 

 

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Comores 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe