Allocution du Représentant Résident du PNUD à la cérémonie de lancement du Rapport sur le développement humain en Afrique

19 déc. 2016

 

Moroni, Palais du peuple, le 19 décembre 2016

----------

Excellence, Monsieur le Président de l’Union des Comores

Excellence, Monsieur le Président de l’Assemblée de l’Union des Comores

Excellence Monsieur les Vice-présidents de l’Union des Comores,

Son Eminence, Monsieur le Grand Mufti 

Messieurs les Ministres de l’Union des Comores

Messieurs les gouverneurs des îles autonomes 

Messieurs les Commissaires des Îles autonomes

Messieurs les Ambassadeurs

Mesdames et Messieurs les représentants des organismes de coopération

Mesdames et Messieurs les représentants des agences du SNU, chers collègues

Mesdames et Messieurs les responsables des institutions et structures impliquées dans la promotion du genre

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, en vos rangs, titres et grades, tout protocole respecté

 

C’est un réel plaisir pour moi de prendre la parole devant cette auguste assistance, à l’occasion de cette cérémonie de lancement du rapport sur le développement humain en Afrique, intitulé « Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique ». Mon plaisir est d’autant plus grand que les questions d’égalité des genres et d’autonomisation des femmes font partie des grandes préoccupations de la communauté internationale et sont au cœur de l’agenda du Système des Nations unies. Ce thème du rapport est d’ailleurs le focus de l’ODD 5 - Réaliser l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles- après avoir été celui de l’OMD 3 -Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes-.

Mais avant de poursuivre mon propos, permettez-moi d’adresser un grand merci à son Excellence, Monsieur le Président de la République, pour avoir accepté de parrainer cet évènement et de nous faire l’honneur de participer personnellement à cette cérémonie pour lancer le Rapport. MARAHABA MENDJII, Monsieur le Président.

Vous étiez déjà présent à Nairobi aux côtés de l’Administrateur du PNUD, à la cérémonie de lancement du rapport au niveau mondial, le 28 août dernier. Votre présence ici témoigne, une fois de plus, de tout l’intérêt que vous accordez à la promotion de l’égalité des genres et à l’autonomisation des femmes.

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, le développement humain suppose la création d’un environnement au sein duquel les individus peuvent développer leurs pleines potentialités, mener une vie active et créative conforme à leurs besoins et à leurs intérêts. Il intègre des facteurs tels que la liberté, la dignité et le rôle des personnes dans leur développement. Le développement humain ne peut donc, en aucun cas, se réaliser dans un environnement où règne la discrimination et des inégalités de tous ordres et notamment des discriminations basées sur le genre. D’ailleurs le rapport que nous lançons aujourd’hui montre qu’une augmentation de 1 % de l’indice d’inégalité de genre contribue à réduire de 0,75% l’indice de développement humain (IDH) du pays concerné.

Ce rapport vient à point nommé pour accompagner les efforts de l’Afrique pour une mise en œuvre réussie de son Agenda 2063. En effet, cet Agenda stipule que d’ici 2063, l’Afrique aspire à réaliser « l’égalité complète entre les hommes et les femmes dans toutes les sphères de la vie », à « éliminer toutes les formes de discrimination entre les hommes et les femmes dans les domaines sociaux, culturels, économiques et politiques » et à « réaliser la parité entre les hommes et les femmes d’ici 2020 dans les institutions publiques et privées ». Ainsi, l’égalité des genres est donc un objectif essentiel dans l’agenda de l’Afrique. Le rapport montre que c’est aussi un grand levier pour le développement économique et la réalisation des ODD dans le continent. Selon ce rapport, les disparités entre les genres ont coûté 95 milliards de dollars de perte par an en moyenne sur la période 2010-2014 à l’Afrique subsaharienne. Ces pertes ont atteint 105 milliards en 2014, soit 6 % du PIB de la sous-région.

Le rapport montre que, malgré des avancées remarquables, la femme africaine affiche un niveau de développement humain équivalent à seulement 87% de celui de son homologue masculin. Il indique que le chemin qui même à l’égalité des genres et à l’autonomisation des femmes en Afrique reste ardu à cause notamment de l’ampleur des pesanteurs institutionnelles, sociales et culturelles dans le domaine. Le rapport adopte une approche novatrice, basée sur l’économie politique, pour mettre en relief ces obstacles pernicieuses qui entravent les progrès en matière de genre et il propose des actions concrètes pour lever ces obstacles et des accélérateurs pour rendre plus efficace les interventions. Il appelle notamment à déconstruire les normes néfastes et à briser le silence social et le silence institutionnel qui concourent à perpétuer une violence systémique à l’encontre des femmes.

Plusieurs messages forts émanent de ce rapport et je voudrais partager avec vous trois d’entre elles qui me paraissent d’une importance capitale. Le premier est qu’un leadership fort du gouvernement est essentiel pour que l’action de promotion de l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes soit efficace. Le second est que le développement ne peut pas être durable s’il laisse les femmes de côté ou nie leurs droits. Le troisième est que la réalisation des ODD et des Objectifs de l’Agenda 2063 passent par la prise en compte de la question de l’égalité des genres dans la définition et la mise en œuvre des politiques, stratégies et programmes de développement.

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, le Système des Nations-Unies apporte un appui multiforme à la promotion de l’égalité des genres et à l’autonomisation des femmes dans le monde entier et en particulier sur le continent africain. Aux Comores, en ligne avec les orientations de l’UNDAF, tous les programmes de coopération entre le gouvernement et les agences du SNU intègrent cette dimension genre. Dans le cadre de la mise en œuvre des agenda 2030 et 2063, nous allons capitaliser les conclusions et recommandations pertinentes de ce rapport pour renforcer notre appui afin d’accélérer la réalisation de l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes. Nous comptons notamment aider le gouvernement à créer les alliances et les partenariats requis pour mettre en place un vaste programme commun visant la promotion de l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes.

Je voudrais terminer mon propos en félicitant et en remerciant tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à faire de cette cérémonie une réussite comme vous le constatez. Merci spécialement à la Commissaire Nationale au Genre et à toute son équipe dont l’engagement a été déterminant dans l’organisation de ces assises.

Vive la coopération internationale

Merci de votre aimable attention

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Comores 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe