Discours du Représentant Résidant du PNUD au lancement du Projet "Renforcement de la résilience des Comores aux risques de catastrophes liées au changement et la variabilité climatique"

15 mai 2018

Matthias Naab à la tribune pour son discours

 

Excellence Monsieur le Président de l’Union des Comores

Messieurs le Vice-président de l’Union des Comores

Monsieur le Ministre de l’Intérieur, de l’Information, de la Décentralisation, chargé des Relations avec les institutions,

Madame, Messieurs les membres du Gouvernement de l'Union

Monsieur le Gouverneur de l’île autonomes de Mwali,

Mesdames, Messieurs les Commissaires des îles

Mesdames, Messieurs les élus

Mesdames, Messieurs les secrétaires généraux, directeurs généraux

Chers collègues du Système des Nations Unies,

Mesdames et Messieurs, Honorables invités, en vos rangs et qualités,

Assalam Anlaikum wa barakatu !

C’est pour moi un réel plaisir d’être parmi vous ce matin à l’occasion de cette cérémonie de lancement officiel du Projet « Renforcement de la résilience des Comores aux risques de catastrophes liées au changement et la variabilité climatiques ».

Ma satisfaction aujourd’hui est d’autant plus immense puisqu’il s’agit là de la concrétisation d’une vision partagée et d’un engagement commun du PNUD et du Gouvernement en vue d’œuvrer ensemble pour renforcer la résilience des institutions et des communautés face aux catastrophes naturelles.

Nos efforts conjugués ont ainsi abouti à la mobilisation effective des ressources requises d’un montant d’environ 10 millions de dollars américains, soit plus de 4 milliards de francs comoriens pour renforcer les efforts en matière de gestion des catastrophes et de renforcement de la résilience. Ces ressources mobilisées auprès du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM/GEF), représentent un précieux appui pour mieux faire face aux défis de la prévention et de la gestion des catastrophes naturelles en Union des Comores.

En effet, Petit Etat Insulaire en Développement, l’Union des Comores, comme nous le savons tous, est vulnérable aux catastrophes naturelles telles que les tempêtes tropicales, les inondations, l’élévation du niveau de la mer, les éruptions volcaniques, les séismes et les glissements de terrain.

Nous avons en mémoire et tous été témoins des impacts néfastes des crises de catastrophes de ces dernières années, notamment les glissements de terrain spectaculaires à Mahalé en 2014 qui ont causé le déplacement de plus de 3.000 personnes, et qui ont obligé, au final, une cinquantaine de familles d’abandonner leurs habitations de manière définitive au vu du risque auquel elles étaient exposées.

En 2017, des crues exceptionnelles et d’importantes inondations ont touché plusieurs villages dans le sud de Ngazidja, et dans d’autres régions à Ndzuani et Mwali. Ces dernières semaines encore, les crues n’ont pas épargné Fomboni.

Excellence Monsieur le Président

L’appui du PNUD dans le domaine de la prévention et la gestion des catastrophes ne date pas d’aujourd’hui.

En effet et pour mémoire, les efforts entrepris jusqu’à lors au niveau de l’Observatoire volcanologique du Karthala ont visé à maintenir un système d’alerte aux éruptions volcaniques, grâce à un réseau sismique stabilisé pour le suivi de l’activité volcanique en temps réel.

La mise en œuvre des recommandations d’une mission multidisciplinaire du Système des Nations Unies pour l'évaluation et la coordination en cas de catastrophe (UNDAC) en 2010 a ainsi abouti à la création d’un cadre légal et à la mise en place de structures nationales, notamment la Direction Générale de la Sécurité Civile (DGSC), la Plateforme nationale pour la prévention et la réduction des risques de catastrophes, les plans d’urgence et le système d’alerte précoce. Ces réalisations sont ô combien importantes pour la gestion des risques de catastrophes en Union des Comores.

Honorable assistance,

Le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes sont essentiels pour renforcer la résilience des communautés qui sont à l'avant-garde du changement climatique et des risques de catastrophes naturelles. Une action précoce et intégrée aboutira à une manière bien coordonnée qui aidera à utiliser efficacement des ressources limitées, protégeant les vies et les moyens de subsistance des communautés vulnérables.

Les efforts du PNUD visent ainsi un développement tenant compte des risques, dans l'optique de la réalisation des ODD et du Cadre de Sendai, à travers des partenariats pour consolider les systèmes institutionnels, juridiques et politiques nationaux et supranationaux dans le renforcement des activités d'adaptation au climat.

Le projet, qui fait l’objet de lancement officiel ce jour, ambitionne de réaliser plusieurs résultats stratégiques notamment :

1.    la mise en place d’unités de protection civile au niveau communautaire,

2.    la modélisation des risques hydrométéorologiques,

3.    l’amélioration du réseau de surveillance météorologique,

4.    la mise en place d’un système de prévision et suivi à long terme du volcan,

5.    le développement de programmes d’aménagement et de reboisement dans les parties exposées aux glissements de terrain et aux inondations,

6.    le développement d’activités alternatives au profit des communautés exposées aux glissements de terrain et aux inondations,

7.    la mise en œuvre de mesures de prévention des inondations et de résilience au climat,

8.    l’organisation de campagne de sensibilisation et d’éducation du public.

Mesdames, Messieurs,

A l’heure de la mise en œuvre de l’Agenda 2030, je renouvelle encore une fois ici la disponibilité et l’engagement de l’ensemble des agences du Système des Nations Unies à ne ménager aucun effort pour soutenir les ambitions de développement des Comores, pour faire des Comores un pays résilient.

En ce début du mois sacré, je ne saurais terminer mon propos sans vous souhaiter un merveilleux mois de Ramadan.

Tsumu ndjema !

Vive la coopération internationale,

Je vous remercie de votre aimable attention,

Marhaba mendji.

 

Plus d'informations

Anliyat Mzé Ahmed
Associée au programme
anlia.mzeahmed@undp.org

Irchad Ousseine Djoubeire
Analyste à la communication et aux relations extérieures
irchad.ousseine.djoubeire@undp.org

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Eswatini Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye

M

Macédoine du Nord Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe